Pourquoi choisir le droit ?

L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons faire.

- Bergson -  

Que tu sois un futur étudiant ou non, quand la question d’un choix d’études supérieures qui seraient en adéquation avec tes attentes et projets se pose, la réponse n’est pas toujours aisée. Peur de se tromper ou de décevoir, conflit entre cœur et raison, les raisons de douter diffèrent selon les profils et les attentes.

Parent angoissé ou simple élève en peine, si les études de droit sont une option qui t’intéresse, cet article lèvera certaines de tes incertitudes et te permettra d’y voir  plus clair dans l’immensité des choix qui s’offrent à toi.

Sommaire

  • Ce qu'on entend par droit
  • Les cours

Pourquoi faire du droit ?

  • Des débouchés nombreux et pour certains prestigieux
  • Le droit, une manière de voir et mieux appréhender la société
  • Le droit,  un outil indéniable et accessible pour être acteur du monde contemporain
  • Le droit et ses qualités

Pour s'approcher du droit chemin...

D'autres alternatives à la faculté : liens présents en fin d'article

 

Une petite présentation du droit, de ce qu’on en dit et y étudie semble incontournable.

 

Ce qu’on entend par droit

Un mot, mais une pluralité de sens et de subdivisions. Avant tout, lorsque l’on « fait du droit », on étudie et questionne l’ensemble des règles qui encadrent la vie en société, tout en analysant ses mécanismes. Ce qui fait en grande partie le pluralisme des études de droit est l’échelle, plus ou moins grande, à partir de laquelle ces règles sont étudiées. Faire du droit, c’est autant résoudre des cas pratiques, comme dans le cadre de divorce ou de conflits de juridictions, qu’étudier le fonctionnement des différents régimes européens et internationaux. C’est par ses nombreux recoupements que le droit se retrouve à la jonction de plusieurs matières : histoire, sociologie, économie, et même parfois philosophie !

Pas de panique donc, si tu te vois déjà passer l’intégralité de tes années de droit à devoir éplucher le Code Civil, et tranquillise-toi si tu penses avoir à faire à une matière trop abstraite, ou restrictive.

En diversifiant les sujets d’études et en alliant problèmes pratiques et approches théoriques, les études de droit semblent adaptées à la fois à l’étudiant soucieux de comprendre et maîtriser le monde qui l’entoure autant qu’à celui désireux d’acquérir des connaissances variées et précises.

 

Les cours

C’est une question pertinente : Concrètement, comment ça s’organise?

Les 3 années de licence en droit se veulent généralistes : le but est d’acquérir une solide culture dans ce domaine et de maîtriser les différents outils juridiques. C’est réellement en Master que les différentes spécialisations apparaissent. Ces 3 années permettent de découvrir les différentes matières du droit public, du droit privé et du droit international avec parfois un apprentissage des langues spécifique au droit, comme l’anglais juridique. Peut s’ajouter à cela une initiation en économie, une étude des relations internationales ou encore une introduction historique au droit durant la première année. En L1, avec 25 à 30 heures par semaine et un travail personnel estimé à une dizaine d’heures, l’exigence est réelle quoique accessible. Ainsi l’année, divisée en deux semestres, alternera entre cours magistraux en amphithéâtre, en grand nombre, et travaux dirigés, avec un nombre d’étudiants plus restreint pour vous permettre d’éclaircir certains points du cours et surtout de maîtriser les différents exercices juridiques qui vous seront demandés aux partiels – examen de fin de semestre.

Voici un petit aperçu des matières que tu pourras étudier les 2 premières années, ainsi que des sujets de dissertations ou de cas pratiques de première année – lorsque la matière s’y prête - qui pourront t’être soumis, même si cela peu varier d’une université à l’autre: 

En première année :

- Droit constitutionnel : avec des dissertations du type « Le référendum », « Les régimes politiques au sein de l’UE », « Le parlement et la loi ».

- Introduction au droit privé et droit de la famille : avec des dissertations comme « La nullité du mariage », « La rétroactivité de la loi », « Le divorce ». Une multitude de cas pratique existe : en droit de la famille, on peut te soumettre un cas dans lequel on soupçonne un enfant d’être né durant une relation adultérine mais ayant le nom du mari. Le problème pourrait porter sur la possibilité de l’amant, quelques années plus tard, à reconnaître l’enfant comme le sien.

- Institutions juridictionnelles,

- Histoire de la vie politique,

- Économie,

- Relations internationales : avec des sujets de partiels comme « La souveraineté interne de l’État », « La Cour Internationale de Justice ».

- Langues et méthodologie juridique.

En deuxième année :

- Droit administratif,

- Droit institutionnel de l’UE,

- Droit des obligations,

- Langues et méthodologie juridiques.

 

Ici, on se concentrera sur la faculté. Néanmoins, rien n’oblige à faire du droit à l’université ! De nombreuses possibilités sont ouvertes (BTS, Capacité en droit, IEP...) et des liens en fins d’articles seront présents pour d’éventuelles précisions. 

Prisées parce qu’elles mènent à tout ou au contraire redoutées pour leurs difficultés, il ne faut pas oublier qu’avant de choisir un avenir vers lequel le droit pourrait nous amener, les études de droit doivent d'abord être choisies pour elles-mêmes, la réussite dans cette discipline - et toutes les autres -  étant liée à une bonne appréhension de sa logique et de ses mécanismes.

Après ces précisions introductives nécessaires, place au vif du sujet. Faire du droit, pour quoi et pourquoi ?  

 

Des débouchés nombreux et pour certains prestigieux

Rien de nouveau sous le soleil, mais le droit est le choix prisé des étudiants ne sachant pas où se diriger. Est-ce un choix judicieux ? La réponse : oui... Dans certains cas de figures qu’il ne faut pas négliger.

Il est indéniable que le droit, par la complémentarité et la pluralité des matières qu’il permet d’aborder offre de nombreuses possibilités. Les poursuites d’études dans le domaine juridique sont d’elles-mêmes variées : fonction publique, enseignement, professions juridiques réglementées... Bien que les concours du barreau ou l’ENM semblent une suite logique des études de droit, d’autres débouchés existent, s’éloignant des carrières juridiques : journalisme, communication, ressources humaines ... Plus encore, l’avantage du droit est de permettre de prétendre à plusieurs concours, par l’ensemble des connaissances acquises : CELSA, école de commerce, IEP, autant de perspectives qui sont accessibles après des études juridiques.

Si dans l'imaginaire collectif, le droit attire par les carrières d'excellences auxquelles il semble mener, la réalité du milieu des juristes ne doit pas t’être étranger: le très grand nombre d'avocats rend difficile l'insertion professionnelle, et la  réalité même du quotidien des avocats à, leurs débuts, n'est pas aussi idyllique qu'il n'y parait. L'option d'une double licence, pour ouvrir encore plus de portes, peut être à envisager et peut d’ailleurs s’avérer être un atout.

Par ailleurs, malgré la diversité qu'offre les études de droit, choisir le droit, c’est forcément renoncer à d’autres perspectives d’études. Le choix doit donc être réfléchi : s’engager dans ces études, c’est par exemple envisager de se spécialiser en Master, de passer divers concours puisque la seule licence de droit ne suffit pas à se lancer dans la vie professionnelle. La généralité de la licence de droit induit forcément d’envisager des études plutôt longues - au moins Bac + 5 - et c’est un aspect qu’il ne faut pas négliger lorsqu’on débute ses études.  

Ainsi, même si les avantages du droit concernant les débouchés sont connus, il semble plus pertinent de choisir cette voie par affinité. Le choix, quand il est fait, peut être stratégique, mais une appétence particulière doit être décelée pour espérer réussir ses études au mieux.

 

Le droit, une manière de voir et de mieux appréhender la société

Faire du droit, c’est avant tout avoir une certaine envie de comprendre ce monde, et de l’apprivoiser d’une manière particulière. Ainsi, choisir de faire du droit, c’est s’assurer à la fois de pouvoir comprendre et agir sur son environnement. Le droit est l'un des fondements de toute société. L’étudier, même quelques années semble indispensable pour son évolution personnelle et ainsi développer son esprit critique.

Néanmoins, le droit n’est qu’une manière particulière d’appréhender la société, et chaque étude permettra de le faire différemment. Ainsi par exemple, le droit n'est pas de la sociologie, même s'il peut parfois s'en rapprocher. Là où l'un partira de règles fondamentales pour tenter d'éclairer la société, la sociologie s’intéressera plus spécifiquement aux causes. Il ne faut donc pas oublier la particularité de ces études et l'aspect très systémique du droit : chaque exercice est très codifié avec ses propres règles et mécanismes qu’il faut intégrer.

 

Le droit, un outil indéniable et accessible pour être acteur du monde contemporain

Si une seule chose devait vous convaincre de choisir les études de droit, c’est sa facilité d’accès compte tenu du réel pouvoir pratique qu’il donne. Proposés par de nombreuses universités dans toute la France, les études de droit sont une opportunité pour tout étudiant d’accéder simplement à des études exigeantes et éclairantes sur le monde.

Cette appréhension et compréhension particulière du monde ne peut être que bénéfique.

Déjà, en tant qu’étudiant en droit, vous vous sentirez d’autant plus maître de votre quotidien, car vous connaîtrez vos droits. Le savoir c’est le pouvoir, et les études de droit en sont une parfaite illustration. Le droit, en donnant les moyens de déchiffrer les règles qui rythment notre vie, permet par la suite d’agir sur celles-ci. Connaître ces droits, c’est pouvoir agir et ne pas rester passif en cas de situation imprévue. De plus, notamment à travers l’histoire du droit que tu étudieras en première année, tu seras plus à même de réaliser l’inconstance de certains droits que tu pensais acquis ou d’en saisir la teneur. Par exemple, l’étude de l’histoire de la Vème République ou encore le droit comparé sont autant de manière permettant de te sensibiliser à des questions comme la démocratie, le vote, ou encore le référendum.

Plus tard ensuite, ces études te seront toujours utiles pour aider ceux qui n’ont pas forcément ces connaissances précises que tu as acquises !

Peu importe donc si ton but n’est pas de faire une carrière juridique : faire du droit sera toujours une manière d’apprendre et de savoir se défendre dans toutes circonstances !

 

Le droit et ses qualités

Cette appréhension du monde nécessite et génère des qualités propre aux juristes. Ces qualités peuvent être nombreuses, et tarder à se mettre en place. Pas d’inquiétude si ces capacités ne sont pas celles que l’on te trouve : en travaillant, beaucoup d’étudiants se voient progresser ou se découvrent des compétences et facilités qu’ils ne soupçonnaient pas. L’essentiel est de savoir à quoi s'attendre, de mettre les chances de son coté en se donnant les moyens de réussir, et ceci, quelque soit le type d’études suivies.

On peut dégager 4 qualités principales induites par les études juridiques – même si on pourrait en trouver de nombreuses autres. Bien entendu, le but n’est pas de cantonner ces qualités au seul domaine du droit puisqu’elles peuvent être présentes dans d’autres études, mais cette liste non exhaustive ne pourra être qu’utile pour envisager la manière particulière dont le droit met à profit ces qualités :

Esprit de synthèse : Cette qualité peut surprendre comme conforter certains d’entre vous. En effet, les études de droit, réputées plus littéraires, ne sont pas synonyme d’abstraction. Cas pratique, fiche d’arrêts, commentaires de texte sont autant d’exercices qui nécessitent de réunir les informations essentielles d’un texte, puis de les réutiliser à bon escient en triant consciencieusement ses connaissances. Les dissertations juridiques d’autre part sont certes nombreuses, mais doivent faire ressortir l’essentiel : en droit constitutionnel, les écrits ne dépassent que rarement 4 pages et des copies peuvent être et seront préférablement excellentes si elles arrivent à dire rapidement et clairement. Si vous avez du mal à exprimer simplement vos idées, les études de droit seront un bon remède. Néanmoins, cette qualité ne se veut pas restrictive. Pouvoir exprimer ses idées de manière concise n’est en rien un frein à un apport personnel, même si le droit reste une discipline très codifié. Ainsi, la culture générale, comme des lectures personnelles ou un fait d’actualité, utilisées à bon escient, ne seront qu’une manière de donner de la valeur ajoutée à vos devoirs. Posséder cette capacité de synthèse avant ces études semble être indéniablement un plus. Néanmoins, le piège est de ne pas en dire assez et d’en oublier la nuance : la complexité de l’exercice est justement d’en dire peu, mais de dire suffisamment et de manière approfondie.

Rigueur : La rigueur semble recouper logiquement les qualités nécessaires pour un bon esprit de synthèse. Chaque exercice de droit à ses propres règles et sa méthode, il convient de bien les assimiler et les différencier, tout en comprenant leurs objectifs. Ainsi, alors qu’une fiche d’arrêt se voudra plus explicative, un cas pratique sera plus nuancé, dans le sens où il s’agit de résoudre un problème juridique à l’appui des faits et en utilisant intelligemment et hiérarchiquement ses connaissances. La rigueur n’est pas seulement rédactionnelle mais aussi intellectuelle : il faut non seulement respecter une méthode spécifique mais il est aussi nécessaire de ne pas se laisser submerger par les détails ou nuances présentes dans le cours. Hiérarchiser correctement ses connaissances et être précis dans le vocabulaire employé sont autant de compétences que seul un esprit rigoureux peut développer.

Polyvalence : La pluralité des exercices qui seront demandés à l’université nécessiteront une bonne capacité d’adaptation et d’assimilation. C’est le paradoxe des études de droit : il faut un esprit à la fois rigoureux et souple pour pouvoir plus facilement manier les différents exercices qui te seront proposés. Que cela concerne des exercices nouveaux comme le cas pratique, ou connus comme la dissertation - une dissertation de droit constitutionnel ne se fait plus en 3 mais 2 parties par exemple - la souplesse d’esprit est une qualité que doit posséder paradoxalement tout juriste. Tout comme l’esprit de synthèse, la polyvalence, si elle n’est pas ton fort, peut se mettre en place à mesure que les exercices de droits sont peu à peu maîtrisés.

Inventivité : Cette qualité peut sembler surprenante mais les études de droit nécessitent une certaine créativité, tant au niveau de la manière d’aborder les exercices que des techniques d’apprentissages. Les dissertations ainsi que les cas pratiques sont des exercices qui nécessitent un perpétuel esprit critique : ainsi, la compréhension et l’appréhension de chaque sujet et cas qui te seront proposés doit dans tout les cas être personnelle, en restant cohérente, et les productions de chaque étudiant pourront être différentes, sans pour autant se contredire.

 

Pour s’approcher du droit chemin

Pour finir, quelques petits conseils pratiques pour ton orientation et tes premiers pas dans le droit :

- N’hésite pas à t’intégrer dans les groupes Facebook des universités pour avoir quelques connaissances avant la rentrée ;

- Rentre en contact avec des étudiants en licence de droit, en Master mais aussi avec des professionnels: la vision du droit et son appréhension change avec les années et l’expérience!

- Si la fac que tu souhaite intégrer le permet, assiste à des cours en amphithéâtre pour te faire une réelle idée des cours que tu auras ;

- Certaines universités mettent en place un système de tutorat et de parrainage, qui peuvent être utile si tu as des difficultés et appréhension au début de tes études ;

- Le droit, ce n’est pas seulement à l’université : que ce soit à travers des stages, les actualités, le milieu associatif ou tes lectures, beaucoup de moyens existent pour être tout de suite plus à l’aise avant même d’avoir ouvert le Code civil !

 D’autres alternatives à la faculté :

http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/etudier-le-droit-a-la-fac-formation-droit.html

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Post-bac/DUT-Carrieres-juridiques/

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Formation/Formations/Lycees/Capacite-en-droit/

https://www.letudiant.fr/etudes/licence-de-droit-iep-ou-ecole-de-commerce-le-match.html

 Nous n'avons plus qu'à te souhaiter bonne chance dans ton orientation !

Juridiquement,

A. K.

Close

50%

Fait le choix de la simplicité

Les JurisMinutes dirèctement dans ta boîte mail dès qu'il y a du nouveaux qui pourrait t'intéresser. Tu gagnes du temps et de la connaissance !