5 astuces pour augmenter ta productivité en droit

5 astuces pour augmenter ta productivité en droit

productivité-études-droit

La licence de droit se distingue par la charge de travail conséquente à laquelle l’étudiant va devoir faire face : révisions, fiches d’arrêt, commentaires, cas pratiques et re-révisions. En seulement quelques semaines de cours, tu peux te retrouver submergé…

2 choix s’offrent alors à toi :
 
Soit tu continues à bosser avec acharnement et ta vie personnelle en prend un coup,
Soit tu décides de lever le pied et là ce seront tes notes qui commenceront à battre de l’aile.
 
Et pourquoi pas améliorer ta productivité pour concilier vie personnelle et « professionnelle » ?
 
Derrière la notion de productivité débouche une promesse, la promesse qu’il t’est possible d’atteindre tes objectifs plus rapidement, d’accomplir plus, de mieux utiliser ton temps, d’être tout simplement plus efficace.
 
Pour beaucoup de gens, « être plus productif » est synonyme de « faire plus » ou « se lever plus tôt et se coucher plus tard ». Si cette méthode peut porter ses fruits sur le court terme, elle risque surtout de te conduire à l’épuisement.
 
Chez JurisLogic, on défend l’idée que la productivité n’est pas un sprint mais un marathon.
 
Être plus productif ne consiste pas à avancer à plein régime sur une grande quantité de choses mais plutôt à avancer de façon consistante sur une poignée d’objectifs pertinents qui feront vraiment la différence.

 

La question est donc la suivante : Comment devenir plus productif ? 🤔
 
Voici 5 astuces qui t’aideront à devenir plus productif pendant ta licence :

Sommaire

1. Planifie tes tâches intelligemment

 
Un gain de productivité passe inévitablement par une organisation plus pertinente des tâches que tu as à accomplir. Ce n’est qu’en programmant intelligemment ta journée que tu pourras être plus efficace.

Pour ce faire, tu as la possibilité de recourir à diverses méthodes qui ont fait leurs preuves :

• La méthode GTD (« Getting Things Done ») : développée par David Allen, cette méthode accessible à tous se démarque par sa simplicité de mise en œuvre.

Elle se déroule en 5 étapes :

Collecter : tu vas devoir établir de manière exhaustive une liste de toutes les tâches que tu dois réaliser, sans les hiérarchiser ou les classer.
 
Le but est de te libérer l’esprit du poids occupé par tout ce que tu stockes dans un coin de ta tête, alors vas-y franchement : « relire et ficher mon cours, construire un plan pour mon exposé, préparer mon prochain TD, acheter des post-it… » tout est bon à prendre, les idées ne sont pas des engagements.

▶Clarifier : parmi toutes les idées collectées, effectue un tri pour définir leur nature. « Est-ce que je peux associer une action à chaque idée ? » « Cette action est-elle prioritaire ? » Si ce n’est pas le cas, élimine, reporte ou archive ton idée.
 
Si cette tâche est importante, demande-toi si tu peux la réaliser en moins de 2 min. Si oui, alors exécute cette tâche immédiatement. Dans le cas contraire, tu passes à l’étape suivante.

▶Organiser : tu vas devoir classer et hiérarchiser tes tâches dans un planning en fonction de leur importance, de leur degré d’urgence, en indiquant leur ordre de priorité, le temps nécessaire à leur réalisation et pour quel résultat tu les effectues.

▶Réviser : il est important de faire le point régulièrement pour réévaluer la liste de tâches et leur priorisation ou pour vérifier ton système d’organisation qui doit être clair, complet et à jour.

▶Exécuter : le temps est venu de réaliser les tâches en te référant au planning que tu as défini. Si tu n’as pas le temps de traiter une urgence, tiens bon et reprend la méthode depuis l’étape 1, évalue son degré d’urgence et le temps nécessaire pour la réaliser.

• La méthode TIO (« Touch It Once ») : cette technique se base sur le principe suivant : « Pour ne pas perdre de temps inutilement, on ne doit toucher qu’une seule fois à nos tâches ».

Autrement dit, aussitôt qu’une tâche se manifeste, tu dois immédiatement déterminer ce que tu veux en faire : Doit-je la traiter dans l’immédiat ? La planifier pour plus tard ? La supprimer ?

En prenant la décision immédiatement, non seulement tu gagnes du temps mais tu assainis également ton travail car tu réduis le nombre de tâches en attente.

• La méthode du sandwich : la technique idéale, non pas pour casser la croûte, mais pour pallier les deadlines que tu te fixes trop artificiellement. C’est déjà très bien si tu prends l’initiative de te fixer des deadlines pour remplir tes objectifs mais l’idée est de rendre la date butoir plus réelle et moins arbitraire.
 
Cela va consister pour toi à caler tes tâches entre deux activités auxquelles tu ne peux pas échapper. Par exemple, si tu as un temps mort entre deux cours, profites en pour rédiger une fiche d’arrêt.

Ces techniques constituent un premier outil pour t’aider à t’organiser, à toi de te les approprier. Si tu veux aller plus loin, il est conseillé de faire ce travail de planification de manière alignée, c’est-à-dire, de manière stratégique. Vois ça comme des dominos, lorsqu’un domino est renversé, il est capable d’en renverser un autre qui fait x1,5 sa taille.

À l’image d’un domino de 5 cm qui peut sembler insignifiant au début, ce sont tes premières actions, aussi petites soient-elles, qui amorcent un processus qui te permettra de réaliser des choses bien plus grandes.

2. Arrête avec le multitâche

 
Cela peut paraitre contre-intuitif mais s’atteler à plusieurs actions en même temps est contreproductif

En effet, il s’avère que le multitâche pose 3 inconvénients majeurs :

• Une perte de temps : Le multitâche nous fait perdre plus de temps qu’il nous en fait gagner. Selon une étude menée en 2001 par des professeurs américains, le fait de faire des aller-retours entre plusieurs activités nous ferait en réalité perdre du temps.
 
Le cerveau aurait besoin de plus de temps pour quitter une tâche et s’adapter à une nouvelle. Au final, ce changement constant d’activités nous ferait même perdre jusqu’à 40% de notre temps effectif de travail.

• Une perte de concentration : En plus de la perte de temps, on note également une baisse de la concentration. Les interruptions régulières de tâches nous font perdre le fil de nos idées et diminuent donc notre concentration. On observe qu’après chaque interruption, le cerveau a besoin de 3 à 5 minutes pour se reconcentrer totalement.

• Une perte d’efficacité : Enfin, le multitasking aurait un impact négatif sur notre efficacité. Une étude de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale a démontré que les personnes s’adonnant au multitâche feraient 3 fois plus d’erreurs que les personnes qui se concentraient sur une seule chose à la fois.
 
Être pris par plusieurs activités au même moment serait source de stress et de fatigue mentale comme physique. Plutôt que de réaliser plusieurs tâches parfaitement, nous finissons par toutes les négliger.

Une technique radicale mais qui porte rapidement ses fruits est l’instauration de NID  (« No Interruption Days ») autrement dit, des journées sans interruption pour t’investir pleinement dans tes tâches : pas de téléphone, pas de réseaux sociaux, pas de notification.
 
Oui, c’est dur. Mais tu vas vite te rendre compte que tu auras l’esprit plus léger.

En bref, ton cerveau (et celui des autres également rassure-toi) n’est pas doué pour effectuer plusieurs activités au même moment.
 
Par conséquent, lorsque tu t’engages dans une fiche d’arrêt, met ton portable en silencieux, sors-le de ton champ de vision et stay focus ! 💪

3. Fais des nuits complètes

 
Dormir est indispensable pour être productif.
 
Arthur Schopenhauer affirmait à ce sujet que « Le sommeil est pour l’ensemble de l’Homme, ce que le remontage est à la pendule ».

Être productif ne signifie pas travailler plus d’heures ou se lever tôt pour caser une ou deux tâches de plus dans ta journée. La productivité est « le rapport entre une production et les ressources mises en œuvre pour l’obtenir ».
 
Sacrifier ton sommeil n’est pas un moyen efficace d’être productif 😵

Il y a quelques années encore, on pensait que le cerveau était « éteint » durant la nuit et que l’état du sommeil était réservé au repos du corps.
 
Or, après de nombreuses recherches, on s’est aperçu que notre corps était loin de l’inactivité durant notre sommeil.

En effet, l’hippocampe du cerveau (qui est le siège de la mémoire) s’active durant la nuit. Cette activité nocturne est due à la mémorisation des événements qui se sont déroulés au cours de la journée, le cerveau sélectionne les informations à stocker dans la mémoire à long terme et efface le reste.

Ainsi, lorsque tu manques de sommeil (moins de 7h/nuit), tu rates cette étape de consolidation de la mémoire et tu conduis ton cerveau à commettre plus d’erreurs, à dégrader ta concentration et ta capacité à acquérir des nouvelles connaissances pour au final nuire à ton efficacité et ta productivité.
 
La meilleure façon d’optimiser notre sommeil est de se coucher et de se lever aux mêmes heures tous les jours (y compris les week-ends).

Par ailleurs, tu peux compléter ton sommeil en faisant :

Des siestes : la NASA a réalisé une étude concluante sur la relation entre la performance et les siestes. Deux équipes de pilotes ont été soumises aux mêmes taches à la différence qu’un des groupes a pu faire une sieste.
 
Le groupe qui a pu réaliser la sieste s’est montré 34% plus performant que l’autre groupe et leur vigilance a été augmentée de 56%. La sieste améliore donc les performances cognitives et psychomotrices. L’esprit plus vif et le geste sûr, tu seras bien plus efficace après une bonne sieste.

De la méditation : La méditation dite de “pleine conscience” présente de nombreuses vertus : elle génère une résistance au stress et à l’anxiété, augmente ton intelligence émotionnelle pour mieux gérer tes interactions avec autrui, développe ta créativité et surtout améliore l’attention et la concentration.
 
Quand on sait que notre capacité de concentration est limitée à 90 minutes, sans compter les multiples interruptions et l’habitude du multitâche, la méditation régulière peut grandement t’aider à réduire ta tendance à la distraction, à renforcer ta capacité à rester concentré et même à stimuler ta mémoire 😉

4. Écoute de la musique instrumentale

 
Même dans les tâches les plus banales du quotidien, tu as certainement pris l’habitude d’écouter de la musique, que ce soit pour t’isoler du bruit ambiant, pour te donner un petit coup de pouce ou pour te détendre.
 
Mais que se passe-t-il dans notre cerveau, lorsque nous écoutons la musique en travaillant ? 🤔

Les voies d’entrée de la musique dans le cerveau sont beaucoup plus complexes que celles de la parole et sollicitent différentes régions cérébrales : la musique stimule, relaxe, calme la douleur, mais a surtout la capacité d’augmenter la plasticité du cerveau et de provoquer les modifications au niveau des connections synaptiques.

Écouter la musique en travaillant stimulerait ainsi ta mémorisation et te permettrait de moins ressentir la fatigue.

Par exemple, la chercheuse Teresa Lesiuk de l’Université de Windsor a constaté que les ingénieurs en informatique qui travaillaient en écoutant de la musique finissaient leur tâche plus vite et proposaient de meilleures idées.

Cependant, tout type de musique n’est pas propice au travail.
Puisque le travail nécessite de manipuler ta réflexion intérieure par le langage, mieux vaut choisir une musique neutre, de préférence instrumentale qui ne viendra pas perturber ta concentration par des paroles.

Enfin, la musique peut être un excellent moyen de se préparer pour la journée de travail ou pour se ressourcer entre deux tâches.

Selon Daniel Levitin, seulement 15 minutes d’écoute de la musique auraient un effet similaire sur notre humeur à une séance de sport ou à une ballade dans la nature.


À toi de constituer ta propre playlist pour bosser en musique. Perso j’ai un p’tit faible pour Hans Zimmer ou la BO de The Mandalorian. 😎

5. Maîtrise les bases de données juridiques

 
La maîtrise des bases de données juridiques est essentielle que tu sois à l’Université ou en stage.
 
Les bases de données juridiques comme Dalloz, Lexis Nexis ou Lamyline, tendent à proposer une offre toujours plus générale et complète, recoupant plusieurs domaines et plusieurs sources.

Elles te donnent accès à de la jurisprudence, des textes et même des commentaires très pratiques pour préparer tes TD.

Elles seront encore plus importantes pendant tes stages en cabinet d’avocats où tu devras les utiliser presque tous les jours. Tu ne pourras pas y couper alors anticipe et familiarise-toi avec le plus tôt possible.
 
Tu verras, avec un tout petit peu de méthode et de réflexion, ces bases de données te permettront d’économiser de précieuses heures de temps de recherches pour te concentrer sur des tâches plus importantes.

Avec JurisLogic c’est encore différent, notre plateforme te donne accès à des cours synthétiques et des résumés vidéos, mais aussi à des exercices corrigés, des mind maps et des flash cards conçus pour tu apprennes mieux et plus rapidement.
 
La productivité des étudiants en droit, c’est notre job. 😉

(Bonus) 6. Ne pas rester bloqué

 

Organisé, concentré ou apaisé par la musique, tu peux encore te retrouver bloqué par la résolution d’un cas pratique, la réalisation du plan de ton commentaire d’arrêt ou la compréhension d’une notion de cours.

Ne reste pas bloqué dessus !

Selon Jean-Pierre Luminet, astrophysicien et directeur de recherches au CNRS, il ne faut pas surmonter ces blocages de manière obsessionnelle mais plutôt éviter l’affrontement et contourner le problème.
 

Passe à autre chose, ton esprit continuera de travailler de façon souterraine, jusqu’à débloquer les choses de façon inconsciente.

Chercher la perfection est également source de blocages. En mettant la barre trop haute tu rendras ta tâche plus difficile à accomplir et sur la durée tu auras tendance à procrastiner et à culpabiliser.
 
Pour sortir de cette spirale improductive qui te rend chaque tâche plus difficile qu’elle ne l’est vraiment, tu dois apprendre à relâcher la pression et oublier la perfection, elle viendra naturellement avec le temps.

 

Et puisque que productivité va de pair avec motivation, je ne peux que te conseiller d’aller checker notre article sur : 5 astuces pour rester motivé(e) toute l’année.

Après ça, tu seras rôdé(e) ! 😏

Besoin d'améliorer tes notes en droit ? Découvre JurisLogic.

La licence de droit n’est pas un long fleuve tranquille mais rien ne t’empêche d’apprendre le rafting.
Chez JurisLogic, le droit, on en a fait de l’eau.

D'autres articles qui pourraient t'intéresser :

Pas si vite ! :)

Besoin d’améliorer tes notes en droit ? Essaye JurisLogic !

La plateforme la plus complète qui t’aide à

réussir tes études de droit